Culture Agencement
login             Culture Agencement  La vraie richesse est intérieure

    Informations - Analyses - Tendances - Innovations





Cliquer sur les logos pour en savoir plus







 Retour...



 

 

De l’optimisation intemporelle du monde d’avant…

aux questions d’agrandissement du monde d’après : alors que la première phase de déconfinement a débuté hier, un article de 2016 et un autre publié dimanche montre un continuum dans l’approche de l’habitat comme vecteur de confort.  

 

Alors que les Français, mais aussi la moitié d’une humanité qui n’a jamais été aussi nombreuse, viennent de traverser une période de confinement inédite, et alors que nous venons d’entrer dans une nouvelle phase pleine d’inconnues et d’incertitudes, il est rassurant de constater que certaines choses n’ont pas changé depuis ce que d’aucuns ont commencé d’appeler le monde d’avant. Ainsi en est-il de l’une des vocations cardinales de l’agencement qui est de rationaliser les intérieurs, notamment ceux de l’habitat domestique. Cet objectif est atteint, d’une part, en permettant la meilleure circulation des personnes dans les espaces concernés, et, d’autre part, en organisant l’optimisation des volumes et la fonction des mobiliers. Á cet effet, l’ingéniosité des designers se révèle remarquable en multipliant lesdites fonctions comme l’usage d’un même meuble ou d’un aménagement devenu multimodal. Depuis de nombreuses années, des conseils sont régulièrement dispensés par les sites consacrés à l’habitat qui en font des sujets à part entière, comme c’était le cas de seloger.com en 1996 sur un article proposant 8 solutions intéressantes et qui n’ont, confinement ou non, rien perdu de leur pertinence. Á découvrir en cliquant ici.

 

On se gardera toutefois de croire que les 55 jours d’assignation à résidence imposés au Français n’auront eu aucune incidence de penser l’habitat de demain. Et, sans prétendre faire table rase ou renverser la table de nos habitudes ou de nos logements, certains observateurs dressent des constats sans fard de la période traversée à domicile pour imaginer des solutions, pas forcément radicale mais simplement évolutives de notre habitat pour nous permettre de mieux « affronter un monde imprévisible. » Dans son édition d’avant-hier dimanche, le quotidien Ouest-France a ainsi recensé trois pistes dessinées par un économiste, une architecte et un urbaniste. Privilégiant des surfaces accrues, un usage varié et une écologie décentralisatrice, elles révèlent une nouvelle sociologie des résidants. Á découvrir en cliquant ici.

  

J.B



Cliquer sur les logos pour en savoir plus