Culture Agencement
login             Culture Agencement  La vraie richesse est intérieure

    Informations - Analyses - Tendances - Innovations





Cliquer sur les logos pour en savoir plus






 Retour...



 

Evolutifs, mobiles, multifonctionnels et connectés

Ainsi, Haworth conçoit-il ses divers mobiliers de bureau, secteur dont il est l’un des leaders mondiaux, et qui est entré dans le “new work”. Traduisez : mouvement de fond transversal et sociétal qui change radicalement la vision et l’usage des espaces de travail. Voici pourquoi et comment.    

Culture Agencement : En septembre s’est tenue à Maison & Objet une conférence à laquelle vous avez participé sur le thème « Plus de frontières entre la maison, le bureau et les tiers-lieux : la “work revolution” ! ». De quoi s’agit-il et en quoi doit-elle modifier l’agencement des espaces de travail ? 

Carole Crosnier, responsable de la communication pour Haworth France : « Ce qui était désigné à Maison & Objet comme la “work révolution”, nous l’appelons le “new work” car il ne s’agit pas pour nous d’un mouvement à venir mais d’une situation déjà bien engagée. Nous sommes en effet entrés dans une ère marquée par le fait que nous pouvons travailler en tous lieux et moments, grâce à l’évolution de la technologie. Haworth intervient ainsi comme fabricant de mobilier et accompagnateur des aménagements, en proposant des solutions garantissant le confort et l’ergonomie essentiels pour bien travailler dans des lieux différents des bureaux traditionnels, qui peuvent être des espaces de coworking, halls d’aéroport, lobbies d’hôtel, etc. 

 

Culture Agencement : Le mobilier de bureau est utilisé par définition dans des endroits où l’on est sédentaire au cours de la journée de travail. N’y a-t-il pas un paradoxe à vouloir le transformer en quelque chose accompagnant la mobilité ?

Carole Crosnier : On pourrait effectivement se dire que l’on n’amène pas le mobilier avec soi dans ces divers lieux éphémères de travail. Pourtant, pour travailler où que l’on soit, on a toujours besoin d’être bien assis, que l’on soit seul, pour rédiger ou lire des documents, téléphoner ou communiquer par ordinateur. De même, si on travaille en groupe, il est important pour les aménageurs de proposer des solutions acoustiques garantissant un confort sonore, afin d’être à la fois bien entendu entre collègues tout en ne gênant pas les espaces voisins. Travailler partout ne veut pas dire travailler n’importe comment. 

 

Culture Agencement : De fait, quelles sont les caractéristiques majeures du mobilier de Haworth pour le “new work” ?

Véronique Leveau, directrice des bureaux d’études et de la prescription : Depuis quelques années, nous développons des mobiliers modulables - à commencer par les tables assis-debout - qui sont montées sur roulettes afin de devenir mobiles en passant d’un espace de travail ou d’un utilisateur à l’autre. De même, nous concevons du mobilier évolutif, car il n’est plus question qu’il reste inchangé pendant trois ou quatre ans, mais au contraire qu’il puisse bénéficier d’améliorations pour répondre à des fonctions nouvelles. C’est pour cela que nos gammes ne sont pas cantonnées aux bureaux professionnels, mais sont également destinés à divers lieux de fréquentation publique tels que halls d’aéroport, de gare, sièges sociaux, lobbies d’hôtel, etc. Dans le même esprit, nous venons de lancer une gamme complète de sièges dynamiques qui gardent une qualité constante de confort pour toutes les morphologies et ceci sans aucun réglage nécessaire. Ils s’adaptent ainsi à chaque utilisateur et non l’inverse. Le “new work”, c’est cela : il n’y a plus de bureau attribué à chaque personne, mais tous les bureaux doivent pouvoir être utilisés par tous les salariés.

 

 

Culture Agencement : Haworth s’inscrit donc dans une démarche de mobilier universel qui répond au développement des espaces de travail partagés dans l’entreprise ou à l’extérieur (co-working). Cette caractéristique se traduit-elle aussi dans une volonté de vous inscrire dans la transversalité en vigueur de l’habitat, selon laquelle les bureaux, les lieux de vie domestique et les hôtels s’inspirent réciproquement en matière d’agencement et de mobilier ?

Véronique Leveau : Absolument et cela se traduit notamment au travers de l’esthétique soignée de nos produits, pensée pour bien s’intégrer dans les divers environnements. Nous constatons que de nombreux hôtels décident d’exploiter leurs espaces non exploités en lieux de travail pour leurs résidents. De notre côté, nous concevons des mobiliers proches de ceux de l’habitat, mais qui offrent une ergonomie permettant de travailler durablement dans d’excellentes conditions. C’est pourquoi nous avons fait appel aux compétences reconnues de la designer et architecte Patricia Urquiola.

Carole Crosnier : Pour résumer l’évolution qui s’est produite, je dirais qu’avant que nous appliquions les nouvelles valeurs du “new work”, le mobilier de bureau était fonctionnel, ergonomique et durable. Depuis, nous lui avons ajouté un caractère évolutif comme nous l’avons déjà dit, mais aussi une dimension émotionnelle et sensorielle. Les sièges s’y prêtent beaucoup, car ils ne servent pas qu’à accueillir ceux qui s’y assoient, mais ils épousent également la forme de leurs corps en leur procurant plaisir et confort. De manière plus générale, Haworth entend créer des postes de travail qui favorisent le bien-être de ceux qui les occupent, ce qui participe directement à leur bonne santé et à leur meilleure efficacité dans l’entreprise. »

 

 Propos recueillis par Jérôme Alberola



Cliquer sur les logos pour en savoir plus